Bastien Debono, chef sommelier des tables de Yoann Conte (Veyrier du Lac, HauteSavoie), a remporté lundi 8 novembre le titre de 19e Master of Port, concours professionnel biennal qui couronne le meilleur sommelier expert en vins de Porto.

Deuxième tentative réussie pour Bastien Debono.
Originaire des Bouches-du-Rhône et demi-finaliste
du Master of Port en 2019, le chef sommelier des
tables de Yoann Conte, de 29 ans, est devenu lundi
8 novembre le 19e Master of Port, au terme de deux
journées d’épreuves d’une rare intensité au Cercle
National des Armées, à Paris.
Son trophée lui a été remis ensuite à l’Ambassade du
Portugal à Paris, en présence de l’Ambassadeur, S.E.
Monsieur Jorge Torres Pereira, par Madame Édith
Cayard, Présidente du Syndicat des Grandes Marques
de Porto, Monsieur Gilberto Igrejas, Président de
l’Institut des Vins du Douro et de Porto (IVDP) et
Monsieur Philippe Faure-Brac, Président de l’Union
de la Sommellerie Française (UDSF).

BASTIEN DEBONO

Chef sommelier des tables de Yoann Conte (Veyrier du Lac), Bastien Debono a été demi-finaliste du 18e
Master of Port 2019 et s’est qualifié pour la finale du Meilleur Sommelier de France 2020. Il a exercé aux
restaurants Michel Kayser (Gard), L’Oustaou de la Baumanière (Bauxde Provence) et Strato (Courchevel).

DES ATELIERS DE TRÈS HAUT NIVEAU

Huit prétendants au titre de Master of Port, issus
d’une première sélection réalisée en juin dernier à
l’Institut Paul Bocuse (Écully) s’affrontaient dimanche
7 novembre lors des demi-finales. Au programme,
une succession d’ateliers théoriques et pratiques de
très haut niveau, orchestrés par Bertrand Bijasson,
responsable du Comité Technique du concours.
Le lendemain, la finale a réuni, outre Bastien Debono,
deux autres candidats : Antoine Lehebel, 39 ans, chef
sommelier au restaurant Bon-Bon (Woluwe-SaintPierre, Belgique), qui tentait lui aussi le concours
pour la deuxième fois, et le plus jeune des huit
demi-finalistes, Maxim Plumier, de 22 ans, apprenti
sommelier au restaurant La Palme d’Or de l’hôtel
Martinez, à Cannes.
Concentration, capacité d’analyse et d’argumentation,
passion du produit, richesse d’expression ou encore
maîtrise des codes de la restauration de prestige
étaient mesurées dans cette dernière salve d’épreuves
pour accéder au titre suprême.

Face à un public nombreux et à un jury de haut
vol, composé entre autres par plusieurs Master of
Port, les trois finalistes ont dû, par exemple, donner
l’ordre et les températures de service de différents
portos, proposer des accords mets-portos d’abord
à partir d’une sélection de vins, puis d’un menu
précis, effectuer une analyse sensorielle (en partie
en anglais) de plusieurs portos et les identifier, ou
encore carafer une bouteille et réaliser le service.

VIDEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.