Vins du Sud-Ouest : des sorties de chai en hausse depuis la fin du confinement

Les vins du Sud-Ouest –**– remontent la pente. Le confinement avait fortement affecté les sorties de chai avec une baisse de 28 % pour les vins sous appellation d’origine protégée (AOP) et de 18 % pour les vins sous indication géographique protégée (IGP) sur mars, avril et mai. Mais le rebond a été notable en juin, juillet et août avec une hausse des volumes de 7 % pour les AOP et de 23 % pour les IGP par rapport à 2019, des chiffres qui signalent une reprise dynamique.

 

AOP du Sud-Ouest : une hausse des sorties de chai de 7 % depuis juin

Les vins sous appellation d’origine protégée avaient donc été particulièrement touchés pendant le confinement avec une baisse de 28 % pendant les trois mois du confinement et même de 36 % en mai. Mais elles sont ensuite reparties à la hausse, retrouvant ou dépassant le niveau de 2019. Sur les douze derniers mois, les sorties de chai ont ainsi limité leur recul à 5,2 %. Certaines appellations présentent même des résultats en hausse, comme l’AOP Cahors dont les ventes ont progressé de 6,1 %.

IGP du Sud-Ouest : une hausse des sorties de chai de 23 % depuis juin

Si les vins sous indication géographique protégée avaient moins souffert du confinement, profitant de la bonne tenue des achats de Bag In Box (BIB) en supermarché, la reprise a été cependant marquée, quelle que soit la couleur. Favorisé par les températures élevées enregistrées en juillet et août, le rebond est notamment fort pour les vins rosés avec une hausse de 76 % par rapport à 2019. Sur les douze derniers mois, certaines dénominations sont même en croissance à l’image de l’IGP Côtes de Gascogne (+ 3,1 %), de l’IGP Comté Tolosan (+ 13 %) et de l’IGP Côtes-du-Lot (+ 6 %).

 

CIRCUITS : des dynamiques différentes

« En dépit du Covid-19, nous sommes en progression depuis janvier avec une croissance de 9 % sur les huit premiers mois de l’année. La hausse touche tous les circuits, que ce soit le secteur traditionnel (essentiellement grâce aux cavistes), la grande distribution (notamment avec notre gamme Domus) et l’export (surtout en Europe). »  Francois Morel, Domaine Uby (IGP Côtes de Gascogne)

 

Vente au caveau : un très bel été

Le rebond de la vente au caveau a été fort. Les Français sont restés en France et en ont profité pour découvrir des destinations à l’abri du tourisme de masse, telles que le Tarn, le Gers, la Vallée du Lot ou l’Aveyron, et faire de l’œnotourisme. Nathalie Vayssette, vigneronne au Domaine Vayssette dans le vignoble de Gaillac, commente : « La saison a été excellente un chiffre d’affaires en progression de 30 % en juillet et de 40 % en août par rapport aux années précédentes, et une tendance identique en septembre. Le panier moyen a fortement augmenté, passant à 130 euros environ. Les années précédentes, les visiteurs repartaient avec quelques bouteilles. Cette année, ils ont acheté des cartons entiers. Cela nous donne du baume au cœur, surtout que la plupart des salons de l’automne, qui constituent une part importante du chiffre d’affaire des vignerons, ont été annulés. »

 

Grande distribution : des chiffres en hausse mais prudence sur l’automne

Bruno Benoit, directeur du GIE Les Vignerons du Sud-Ouest, indique une hausse des ventes de 8 % sur les mois de juin, juillet et août : « Les Français ont vidé leurs caves pendant le confinement, ils avaient besoin de reconstituer leurs stocks. Nous restons cependant prudents car les foires aux vins sont intervenues dans un contexte de reprise de l’épidémie. De plus, les chiffres moyens, tous vignobles confondus, des foires aux vins 2019 avaient conduit les enseignes à revoir à la baisse leurs engagements sur les volumes. »

 

Export : des marchés souvent en hausse mais la Chine et les États-Unis en points noirs

L’export affiche un repli de 3,5 % pour les AOP et de 9 % pour les IGP, liée au fort repli de la Chine, premier marché en 2018 pour les AOP et désormais classée en quatrième position après une baisse de 64 % en un an, et des États-Unis où les ventes ont reculé d’un tiers depuis l’instauration de la surtaxe Trump. À l’inverse, certains marchés performent comme la Belgique et l’Allemagne qui ont respectivement progressé de 28 % et de 21 % sur les douze derniers mois. Hors Chine, le solde est même positif avec une hausse de 5,5 %. Président de Vinovalie, Francis Terral confirme : « Pour nous, l’export a été une belle surprise avec une augmentation de 10 % du chiffre d’affaire grâce à des résultats très positifs au Royaume-Uni, en Russie, en Europe du Nord ainsi qu’au Japon ou même au Brésil où nous sommes la première marque de vins. En nous évitant d’être dépendant d’un seul marché, notre stratégie de diversification sur plusieurs pays est donc récompensée. Pour autant, nous restons très prudents, compte tenu de la reprise de l’épidémie et des tensions internationales. »

 

« Pendant le confinement, nous avons maintenu nos ventes en grande distribution grâce aux bons chiffres de la vente en BIB et des IGP, notamment sur les Côtes de Gascogne qui ont enregistré une progression de 1,8 %. Après le confinement, nous avons constaté un retour vers la bouteille et vers les AOP. Dans le réseau traditionnel, les réseaux que nous travaillons directement ont connu une croissance de 22 %, notamment grâce à nos hauts de gamme comme Le Faîte ou le Château de Sabazan qui sont devenus des valeurs refuges pour des consommateurs en recherche de qualité et d’authenticité. L’export est contrasté selon les pays : nous affichons une progression de l’ordre de 15 % depuis le début de l’année sur nos principaux pays que sont l’Allemagne (où nos ventes ont augmenté de 250 % sur l’e-commerce), le Royaume-Uni et la Belgique. »  Olivier Bourdet Pees, Directeur général de Plaimont (AOP Saint Mont, AOP Madiran, AOP Pacherenc du Vic-Bilh, IGP Côtes de Gascogne)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*